La MFR

Actualités-2021

LE TELEGRAMME DU 08/10/2021

La prépa apprentissage à la MFR de Plounévez-Lochrist est toujours ouverte aux 16-29 ans sans formation.


La Maison familiale rurale accueille un nouvel enseignant en cette rentrée 2021, qui prend la responsabilité de la prépa apprentissage. Cette filière propose désormais une aide financière mensuelle aux jeunes qui l’intègrent.

Le directeur de la MFR, Étienne Lasserenne, et Marc Deschênes, nouvel enseignant dans la structure.
En cette rentrée de septembre 2021, Marc Deschênes a rejoint l’équipe enseignante de la Maison familiale rurale (MFR) de Plounévez-Lochrist. Après avoir obtenu une licence Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) à l’UBO (Université de Bretagne Occidentale), ce nouveau formateur a travaillé pendant six ans en tant que coordinateur d’une structure médico-sociale, le foyer Jean-Couloigner à Ploudaniel.
Une aide de l’État pouvant aller jusqu’à 500 € mensuels
De novembre 2020 à juin 2021, Marc Deschênes a effectué des remplacements à la MFR qui vient de l’embaucher pour donner des cours de matières scientifiques, de matières pratiques professionnelles et pour prendre la responsabilité de la prépa apprentissage.
Ce dispositif mis en place en septembre 2019 pour les jeunes âgés de 16 à 29 ans sans formation, propose de les accompagner dans la définition de leur projet professionnel, ou de consolider ce dernier en apportant une aide à la recherche d’un contrat d’apprentissage.
Pour cette rentrée scolaire 2021-2022 la nouveauté est de taille puisque l’État a mis en place une nouvelle aide pour les jeunes dont le montant peut aller jusqu’à 500 € par mois en fonction de leur âge.
 
MFR PLOUNEVEZ
 
« Du coaching personnalisé »
La prépa apprentissage fait partie du dispositif gouvernemental « Un jeune, une solution ». Elle propose un parcours individualisé, un bilan, un accompagnement, mais également la possibilité de découvrir différents métiers par le biais de stages. Cette filière propose aussi une aide aux démarches de recherche d’emploi (CV, lettre de motivation…).
Pour les jeunes qui n’ont pas trouvé de formation ou d’emploi « c’est le bon moment pour saisir l’opportunité de raccrocher un cycle de formation dès le premier trimestre de l’année scolaire », précise le directeur de la MFR, Étienne Lasserenne, qui définit cette formation comme « un véritable travail de coaching personnalisé »
 

LE TELEGRAMME DU 27/09/2021

De nouvelles pages vont s’écrire entre la MFR et la médiathèque de Plounévez-Lochrist


MFR Plounevez 

La Maison familiale rurale (MFR) et la médiathèque de Plounévez-Lochrist souhaitent retrouver leur collaboration après deux années freinées par la crise sanitaire. Pour cela, jeudi 22 septembre, la responsable de la médiathèque, Gaïd Le Gall et deux formatrices de la MFR, Armelle Grall et Sylvie Guézengar se sont réunies à la médiathèque pour mettre en place différents projets.

Donner envie de lire et d’écrire

Leurs objectifs communs sont de faire découvrir la médiathèque en tant que lieu de rencontres et d’animations sur le territoire, mettre en place des activités destinées à différents publics et continuer de donner envie de lire et d’écrire aux jeunes. Des rendez-vous ont été fixés comme une visite de la médiathèque pour les jeunes en octobre, une participation à la quinzaine culturelle qui sera organisée en février 2022 et des activités ponctuelles, qui seront organisées par les élèves de la MFR pour les enfants, tout au long de l’année.
 

Le télégramme du 25/08/2021

Premier contrat d’apprentissage signé pour le nouveau bac pro à la Maison familiale rurale de Plounévez-Lochrist...

La Maison familiale rurale (MFR) de Plounévez-Lochrist annonçait en juin dernier, l’ouverture de son bac pro Services aux personnes et aux territoires (Sapat) au statut de l’apprentissage pour la rentrée scolaire 2021-2022 à la suite de la validation de son dossier d’habilitation présenté trois mois auparavant. Une nouvelle opportunité qui a porté ses fruits dès la première année puisqu’une première élève vient de signer un contrat d’un an avec l’Ehpad de Mestioual, à Cléder.
Deux autres signatures à venir.
Cette première signature de contrat d’apprentissage devrait être rapidement suivie de deux autres puisque le Centre de formation pour adultes-Maison familiale rurale de Plounévez-Lochrist a eu deux autres promesses de contrat qui sont en cours de signature. C’est évidemment une fierté et une satisfaction pour les deux établissements qui se lancent dans l’apprentissage, puisque Lolita Chopin est la première apprentie à la MFR ainsi que chez son employeur. Après l’obtention de son bac, elle envisage de poursuivre sa formation en école d’aide-soignante.

Apprentissage-MFR Plounevez-Lochrist
L’apprentissage pour être plus efficient.
Pour la MFR et l’Ehpad, l’ambition commune est de miser sur l’apprentissage pour être encore plus efficient dans la formation des professionnels du secteur des services à la personne au niveau du territoire. « Les besoins du secteur sont en augmentation, il faut donc susciter les vocations pour y pourvoir et c’est très intéressant pour nos jeunes de pouvoir facilement passer de la scolarité à la formation professionnelle par alternance, puis au premier contrat d’apprentissage avec des ambitions de formations qui permettront de s’intégrer dans un emploi stable à terme. Cette approche de terrain semble pertinente puisque les trois projets de contrats concernent notre communauté de communes », a commenté le directeur de la MFR de Plounévez-Lochrist, Étienne Lasserenne.


Le télégramme du 07 juillet 2021

Un nouveau bac pro en apprentissage à la MFR de Plounévez-Lochrist

Déjà proposé en alternance, un bac pro Services aux personnes et aux territoires sera désormais accessible en apprentissage aux jeunes de la Maison familiale rurale (MFR) de Plounévez-Lochrist.
Depuis de nombreuses années, la MFR de Plounévez-Lochrist, propose de valider en alternance et sous statut scolaire un bac pro Services aux personnes et aux territoires (Sapat), au rythme des stages et des cours suivis par quinzaine. Le 25 juin, le ministère de l’Agriculture a validé par décision ministérielle une mixité de statut qui permettra à l’école de proposer ce parcours en apprentissage, sous réserve pour le postulant de trouver un contrat chez un professionnel.

Bac Pro en apprentissage


Une formation dans un secteur porteur

Ce statut pourra être choisi par les élèves à la rentrée de septembre 2021, mais uniquement pour les terminales. L’idée est de rendre ce parcours accessible sur deux ans, en première et en terminale, à compter de 2022. Le parcours sur trois ans, lui, ne sera envisagé qu’à moyen terme car il pose la question de la découverte des structures et des publics actuellement au cœur de cette première année de formation. « La problématique de l’emploi dans le secteur des services à la personne nous engage à développer l’apprentissage à la MFR de Plounévez-Lochrist », détaille le directeur, Étienne Lasserenne. « Nous pensons que c’est un levier pour la jeunesse. Les structures professionnelles qui contribuent à la formation d’un jeune peuvent le fidéliser et le former sur mesure dans un domaine où de nombreux postes sont à pourvoir ».
En pratique

Dès la rentrée de septembre, scolaires et apprentis partageront la même classe. Quand les premiers seront en vacances, les deuxièmes seront en entreprise (les apprentis auront cinq semaines de vacances sur la période du 1er septembre 2021 au 31 août 2022). En contrepartie, les apprentis seront rémunérés entre 30 à 70 % du SMIC (de la 1re à la 3e année). Leur scolarité sera également peu coûteuse car elle sera prise en charge par des organismes professionnels. Concernant les employeurs privés, ces derniers disposeront d’une aide exceptionnelle de l’état de 8 000 € à la rentrée prochaine pour les apprentis de 18 ans et plus, et de 5 000 € pour les moins de 18 ans. Les employeurs publics, collectivités territoriales ou fonction publique hospitalière par exemple, peuvent bénéficier d’aides régionales à hauteur de 3 000 €.

LE TELEGRAME DU 05 JUIN 2021

À la MFR de Plounévez-Lochrist, les journées d’information ont détrôné les portes ouvertes



MFR PLOUNEVEZ-LOCHRIST


Pari réussi pour la MFR de Plounévez-Lochrist, qui a remplacé les journées portes ouvertes par des journées d’information sur rendez-vous. Un changement très apprécié par les familles.

Avec la crise sanitaire, les portes ouvertes dans les écoles ont été interdites, depuis plus de un an. Mais pour autant, impossible d’imaginer inscrire son enfant dans une école, sans un minimum d’échanges avec l’équipe enseignante, et sans avoir visité les lieux.

Des rendez-vous très appréciés par les familles

Le directeur de la MFR de Plounévez-Lochrist, Étienne LASSERENNE et toute l’équipe éducative ont donc très vite dû réinventer ces moments de rencontre avec les familles, et ils ont proposé de les remplacer par des journées d’information sur rendez-vous de façon à limiter la jauge de personnes présentes en même temps dans l’établissement.

« Au final, ces rendez-vous dédiés à une famille à la fois étaient plus posés, et ils ont été très appréciés. S’il y a eu moins de contacts sur les journées d’information que lorsqu’on organisait des portes ouvertes, il y en a eu bien davantage tout au long de l’année. À la date du 1er juin 2021, nous avons déjà la certitude d’avoir une stabilité d’effectif à la rentrée de septembre, et donc très certainement une progression », s’est réjoui le directeur.

LE TELEGRAMME DU 17 mai 2021

 
MFR Plounevez-lochrist
Des travaux de réfection des toitures des bâtiments de la Maison familiale rurale (MFR) de Plounévez-Lochrist ont commencé lundi 10 mai 2021. Ils sont réalisés par l’entreprise Gilbert Moal, de Cléder. Le toit en bac acier, qui recouvre une partie des salles de cours et la salle audiovisuelle, va être refait en intégralité, ainsi que la toiture ardoise au-dessus de l’internat et des autres salles de classe.
Tous les ouvrants de toit et toutes les gouttières seront changés. Ces travaux, validés par le conseil d’administration, ont un coût de 150 000 € et sont subventionnés à 50 % par le conseil régional. La fin des travaux est prévue pour le début de l’été.

LE TELEGRAMME DU 13 mai 2021

Classe de 4ème-MFR Plounevez-lochrist
Au programme des élèves de 4e de la MFR de Plounévez-Lochrist, « l’éducation du consommateur. » Une matière innovante pour prendre soin de la planète.
Sylvie Guillou a pris en charge un groupe des élèves de 4e dème la MFR de Plounévez-Lochrist.
À la MFR de Plounévez-Lochrist, les élèves scolarisés en classe de 4e bénéficient d’un programme adapté à la découverte des métiers. Parmi les différentes matières qui leur sont enseignées, « l’éducation du consommateur » se révèle être une thématique riche en informations. Elle leur permet de se former à la gestion d’un budget, au gaspillage alimentaire ou à la prévention de la santé par exemple.
 

Le Télégramme du 29 avril 2021

MFR Plounevez-lochrist-1ère BAC PRO SAPAT
La bibliothèque de Plounévez-Lochrist accueille actuellement Lolita Chopin, domiciliée à Saint-Pol-de-Léon et élève en 1ère SAPAT (Services aux personnes et aux territoires) à la Maison familiale rurale de la commune.
Après une première période de stage de découverte professionnelle effectuée fin mars-début avril, la jeune fille est de retour pour une semaine du 26 au 30 avril 2021, lors de laquelle elle a découvert l’animation qui peut être proposée à l’échelle du territoire.
 

LE TELEGRAMME DU 06 AVRIL 2021

 
MFR Plounevez-lochrist-Seconde-BAC PRO SAPAT
Valérie Congar, animatrice sociale à domicile, est intervenue auprès des élèves de la Maison familiale rurale (MFR), mardi 30 mars 2021, pour leur parler de son expérience.
Valérie Congar est animatrice sociale à domicile depuis la mi-février 2021. Cette nouvelle auto-entrepreneuse, installée à Plouider, s’est rendue à la MFR (Maison familiale rurale) de Plounévez-Lochrist, mardi 30 mars 2021, pour apporter son témoignage aux élèves de seconde bac pro Services aux personnes et aux territoires (Sapat) concernant les activités d’animation qu’elle propose aux personnes âgées.
Des activités adaptées aux besoins

Aide-soignante de formation, elle a aussi travaillé auprès des personnes en situation de handicap pour lesquelles elle organisait parfois des animations. Cette activité lui plaisant, elle a décidé de passer son brevet en animation (BPJEPS) qui lui a permis de travailler pendant trois ans sur l’animation en structure d’accueil avant de se lancer à son compte pour proposer des activités adaptées au plus près des besoins des personnes qui l’emploient à domicile.

« Il faut être créatif et inventif et savoir s’appuyer sur le vécu des personnes pour susciter leur intérêt et leur envie de participer aux activités », a expliqué l’animatrice, avant de poursuivre en faisant le récit de ses expériences et d’échanger avec les élèves sur l’accompagnement à la carte qu’elle propose.
« Donner envie aux jeunes »

« Une intervention passionnée qui aura peut-être donné envie aux jeunes de travailler dans l’animation auprès des personnes âgées », a commenté la responsable de formation, Sylvie Guezengar. Elle souhaite faire prendre conscience à ses élèves l’importance de cette facette de leur futur métier, qui favorise le maintien des gens à leur domicile et qui permet d’améliorer leur qualité de vie en leur permettant de conserver de l’autonomie.

Cela encourage également le maintien des relations sociales grâce à la mise en place de discussions, d’ateliers mémoire, de lectures, de jeux de société, d’ateliers cuisine ou d’activités physiques par exemple.